Accueil Plan Coupures de presse locale

Les loups dans la Presse locale

"Elle a connu le loup" qualifie une fille peu farouche...

1853 : Depuis quelques années les loups se sont beaucoup multipliés en Charente. Les sangliers sont devenus rares mais les renards sont nombreux. Il y a peu de gibier. Les loutres sont fort communes ainsi que le blaireau.

1868 : C'est dans le département de la Haute-Vienne, de la Vienne et de la Charente que l'on trouve encore des loups en quantité appréciable ; les forêts sont nombreuses, surtout vers l'orient, et quelques unes sont considérables. Le chêne est l'essence qui y domine : parfois il y végète seul, plus souvent il est accompagné du hêtre; ailleurs le tremble, l'alisier, le frêne, l'orme, le cerisier, le charme et le cormier se mêlent à lui. Dans les forêts de la région limousine, c'est souvent le châtaignier qui végète sans mélange. Il y a environ cinquante ans, le cerf et le chevreuil se voyaient encore dans ces forêts ; ils ont depuis disparu. Le nombre des sangliers est aussi fort diminué ; mais en revanche les renards et les loups ne sont que trop nombreux, à tel point que de ISO!) à 1817, il a été tué dans le département 657 individus de l'espèce du loup. Les reptiles n'y sont point rares, notamment la vipère ordinaire (coluber berus), l'aspic (coluber aspis), la vipère noire (coluber presler). Le pays est suffisamment fourni de gibier. Le poisson abonde dans les rivières, et il est de qualité supérieure dans la partie orientale du département. On rencontre aussi des loutres au bord des rivières et des étangs.

Accueil Plan Coupures de presse locale Haut de page