Accueil Plan Vieux tracteurs

Agriculture

Tracteurs Rétros du Nord-Charente

"Ces gars ne craignent pas les tâches d'huile brûlée sur le visage...

Ils forment une sacrée équipe dans le secteur, tous amourachés de vieilles mécaniques. En liesse dès que l'un d'eux fait pèter le cri de ralliement : "Poum ! Poum ! Poum !!!"        Contact !!! : 05.45.31.64.24. E-Mail : gasseling.theodore@wanadoo.fr

CHAMPIONNAT DE FRANCE DE LABOURS A L'ANCIENNE A BERNAC (16)

 LES 7 ET 8 SEPTEMBRE 2013

Organisé par Tracteur Rétro du Nord-Charente et l'amicale des loisirs de Bernac.

Concours dép. labour vieux  tracteurs et motocult.

Championnat de France de labour à l'ancienne 2003

Les charrues à traction mécanique (en travaux)

Fondation de l'association, tout est dit... ci-dessous.

"Notre objectif est de se connaître, de se rencontrer, d'organiser des manifestations et des échanges, scande Théo Gasseling, c'est aussi pour sauvegarder ce vieux patrimoine, nous avons un rôle éducatif et culturel par exemple auprès des jeunes pour leur faire comprendre l'évolution de la mécanique agricole". 

Mars 2008 : Les Poum Poum tournent rond dans le Nord-Charente

C'est une nouvelle association qui a été portée vendredi dernier sur les fonts baptismaux de la mécanique ancienne. Michel Bonnaud et Théo Gasseling ont fait démarrer cette réunion à la manivelle. En quelques tours de table et avec le sourire est née l'association "Tracteurs rétros du Nord-Charente". Elle ne se limitera pas à cette seule zone géographique puisque tous les nostalgiques, les passionnés, les possesseurs de vieux tracteurs et machines agricoles, les mécaniciens agricoles ou non, des cantons et départements voisins sont invités à la rejoindre. "Notre objectif est de se connaître, de se rencontrer, d'organiser des manifestations et des échanges, a expliqué Théo Gasseling, c'est aussi pour sauvegarder ce vieux patrimoine, nous avons un rôle éducatif et culturel par exemple auprès des jeunes pour leur faire comprendre l'évolution de la mécanique agricole". Et de classer en trois catégories les Poum Poum : "Plus de 25 ans, ce sont déjà des anciens, plus de 50 ans les très anciens, et à partir de 80 ans d'âge ce sont des ancêtres". Une chose au moins est certaine, avec de tels passionnés les ancêtres se bonifieront pour se classer un jour en catégorie "hors d'âge". La réunion s'est déroulée dans la bonne humeur avec la participation du club "Agri Rétro de Mons". Chacune des deux associations a fait le choix de l'entraide et ce sera le cas pour l'exposition de vieux tracteurs à la foire de Ruffec. "Que du beau et de la variété en marque et en couleur" souhaite Patrick Maillochaud, collectionneur devant l'éternel. Le 25 mai, Les gars de Mons organiseront le rallye de printemps à cheval sur la Charente et la Charente-Maritime. De Germeville à Thor (17), aller et retour en quatre étapes de dix-huit kilomètres, avec arrêts sur sites remarquables, casse-croûtes champêtres et repas au restaurant. En attendant, il a fallu un siège pour l'association. Ce sera : "Mairie 16240 Villefagnan". Un bureau composé de neuf membres qui attribuera une fonction à chacun et élira le président a été désigné : ainsi, Jean Joubert, Patrick Maillochaud, Geneviève Marchand, Denis Brissonaud, John Pearson, Pierrot Plisson, Michel Bonnaud, Théo Gasseling et Jean-Marie Bouchaud. Un tiers des membres sera renouvelable chaque année. Les statuts prévoient une durée illimitée, une cotisation de 20 euros par adhérent, l'organisation de fêtes. Une assemblée générale chaque année. Au programme : la foire de Ruffec, le rallye avec Mons, la "fête des foins" en principe à Bioussac. Renseignements : tél. 06.83.32.96.40 ou 06.88.89.73.21. Pascal Baudouin ENCADRE Autos et tracteurs suivront chacun leur route A l'origine, depuis douze ans, les vieux tracteurs formaient une section du Club "Les Aut'antiques des vallées charentaises". Lors de l'assemblée générale du Club "Les Aut'antiques des vallées charentaises" qui avait lieu à Confolens le 10 février dernier, il fut décidé de séparer la section tracteur du reste du club car son succès grandissant rendait trop lourde la gestion du club. La séparation s'est faite amicalement et les fonds ont été partagés.

 

Faut faire un diagnostic tous les ans !

L'assemblée générale 2010

Samedi 23 janvier 2010, à Montjean, l'association Tracteur Rétro du Nord-Charente tenait son assemblée générale en présence d'Alain Etourneaud, président de la communauté de communes du pays de Villefagnan et de Jean-Louis Caillet, maire de la commune. Le président, Théo Gasseling, a présenté une rétrospective des activités longue comme le panache de fumée qui s'écoule à la sortie du pot d'un tracteur Lanz de première génération lorsqu'il est trop sollicité. De nombreuses sorties, des randonnées, de nombreux volontaires et leurs collections dans les manifestations locales, le club, démarré en 2008, tourne à bon régime en bonne harmonie avec les clubs voisins comme "Agri Rétro" de Mons, ou les "Les Aut'antiques des vallées charentaises". Cette bonne entente a permis de belles sorties et de réussir en juin, en partenariat avec le comité des fêtes de Montjean et les Traits Charentais, une belle fête des foins. Des randonnées sont inscrites au catalogue de printemps de l'association "Agri Rétro" présidé par Jérôme Joubert, le 13 mai notamment dans le secteur de Rouillac. "Nous serons tous à la foire de Ruffec, indique Théo Gasseling, ce sera ainsi tous les deux ans en alternance avec la fête des foins, nous présenterons des tracteurs avec des outils." Fin mai, une fête sera organisée à Theil-Rabier où seront présentés des tracteurs exceptionnels. Francis Gasseling, la bonne âme de la fête de la mécanique à Champagne-Mouton, a présenté l'édition 2010 qui montrera les activités d'un bourg rural avant 1930. Les collectionneurs de vieux outils, les mécanos d'antan, seront bienvenus. Le 11 juillet, tous les tractoristes à l'ancienne du Nord-Charente seront à Sigogne à l'appel du club de Mons pour une exceptionnelle fête des battages sur le thème de la marque "Société Française". Les vieux tracteurs seront invités en démonstration à Villefagnan à la mi-août à l'occasion de la finale départementale du concours de labour des jeunes agriculteurs. Puis ce sera le 5 septembre la fête des champs à Bernac avec la sélection régionale de labour à l'ancienne en vue de la finale nationale à Uzès dans le Gard le 12 septembre. Au delà des rendez-vous locaux, les adhérents sont invités à se rendre le 5 et 6 juin à la Ferté-Allais pour présenter les tracteurs du "Plan Marshall", à Vierzon, sur le site de l'ancienne usine des Société Française, les 26 et 27 juin, à "La ferme de la Folie" près de Saint-Maixent les 7 et 8 août sur le thème des tracteurs Renault.


Ce que ces gars aiment, c'est se retrouver pour que ça tourne, et que ça roule !

Des randonnées tous les ans avec les copains d'Aigre et d'ailleurs, un bon casse-croûte avec les femmes le temps que les bêtes se reposent, ça ne se refuse pas.

Cinquante tracteurs anciens ont bravé la pluie avec leurs gyrophares

Un oeil sur la route, un autre vers le ciel, les conducteurs de vieux tracteurs se sont offert une belle balade au milieu des colza et des châtaigniers. Et une pause historique au château de Londigny. Il n'y avait qu'un anglais comme John Pearson pour manquer à ce point de confiance dans le fidèle soleil charentais ! "Chaque année, il pleut" se défend-il avec son éternel humour face aux chauvins de l'association "Tractos rétros du Nord-Charente". Il faut dire qu'il était le seul participant au rallye à chevaucher un tracteur muni d'une cabine. Sa cagouille à lui, un magnifique petit Bulldog de la marque allemande Lanz. Un engin rare, produit seulement pendant deux années. John Pearson, qui est aussi le correspondant français de la revue Tractor&Machinery Magazine, connaît son affaire. "Je l'ai déniché en Allemagne, il était équipé de cette cabine qui n'est pas d'origine, il m'a fallu entreprendre une restauration en profondeur, quatre mois de travail pour l'ensemble" dit-il. Mais c'est pour mieux expliquer la vie de ce petit tracteur que cet accessoire fort pratique a été conservé. Un tracteur tout usages, un modèle "allzwerk" avec roues étroites et jantes à rayons. "Quelle élégance, on dirait une Triumph" s'amusent les autres collectionneurs, un brin jaloux de ce sympathique camarade. Le départ du rallye a été donné au bourg de La Magdeleine après que les conducteurs se soient repus d'un solide casse-croûte. Il faut être costaud car ces engins antédiluviens ne possèdent pas de direction assistée, ni de boîte de vitesse synchronisée. Malgré des poumons d'acier pour cracher le feu. Il y avait affluence autour de la demeure des seigneurs de Londigny. Mais pas question naturellement de s'installer sur les pelouses du parc, il est vrai que la cour des domestiques est suffisamment grande pour loger cinquante tracteurs, leurs conducteurs, les épouses et le public venu nombreux. Les bâtiments de ferme et les logements des domestiques ont vu antan de nombreux attelages se reposer ici. "On s'affairait autour des chevaux et voitures des invités après que ces derniers aient été déposés devant l'entrée du château" dit-on. Mais il est déjà temps pour le rallye de reprendre la route après une demi-heure de pause. Le beau défilé s'enfuit vers Saint-Martin du Clocher, pénètre en Deux-Sèvres par Montalembert et rejoint Limalonges où attend un copieux déjeuner. Les épouses qui suivent de loin le convoi, comme les passionnés de vieux châteaux, auraient bien aimé pénétrer dans le parc et la cour d'honneur. Pour admirer au moins la façade de l'édifice, ou la statue de cet ancêtre de Léopold Auguste Prévost de Sansac, Marquis de Touchimbert, qui, avec son gendre Marie Joseph Ambroise Antoine Alfred de Lameth, Comte puis Marquis de Bussy, avaient fait construire en 1880 ce château "de la Belle au bois dormant" en place de l'ancien château médiéval dont il ne reste qu'une tour insérée dans le nouvel édifice. La déception disparaîtra lorsque chacun apprendra que l'église de Londigny, superbement restaurée, regorge de peintures murales dont les armoiries des Touchimbert et de Bussy. Une étape faite pour les épouses. Les mécaniques sont rodées. Certains tracteurs ont été munis de leur barre de fauchage en prévision de la fête des foins qui se déroulera le 21 juin sur le bord de la Péruse à cheval sur Montjean et Londigny. Une manifestation bien ficelée avec le soutien du comité des fêtes de Montjean et la participation des Traits Charentais. "Le souci de l'histoire au travers de l'arrivée de la mécanisation, montrer un temps de travail important pour nos anciens" confie Théo Gasseling président de l'association "Tractos rétros du Nord-Charente".


Mais au royaume de la mécanique ancienne, on aime faire du foin

A Montjean et Londigny, la fête du foin se veut fidèle à l'histoire paysanne

Le "va-devant" de la bande, Claude Cheminade, un gars des plus sympathiques, des plus authentiques, le gagnant du concours de fauche au dail.

Rutilants, étincelants comme une lame de faux bien battue, les vieux tracteurs, les outils des "tracteur rétro Nord-Charente", les femmes et les hommes en tenue d'époque ont forcé l'admiration du nombreux public. Les mules et les outils à traction animale des Traits Charentais ont écrit un superbe paragraphe de gloire dans cette saga qui débutait par la fauche à la main. Une vallée au bord de la Péruse, du foin haut, et un joli coteau herbu. C'est là que la nature attendait une quinzaine d'hommes qui se trémoussaient d'impatience pour donner le premier coup de dail (faux). Parmi eux des anciens qui n'ont pas perdu la main, et des jeunes costauds auxquels aucun manche ne saurait résister. Pourtant, René Gallais, maire de Brettes, avait dit comment bien battre la lame. "Pas facile avec la pente" convient Claude Cheminade des "Tracto rétro" qui, par son travail régulier, son andain rectiligne, remporte haut la main le concours de fauche. Devant un autre bon faucheur, Bernard Devenne des Traits Charentais. Justement, le fauchage des coteaux pentus, Pierrot Plisson connaît. Il a déniché une petite faucheuse automotrice à Lons-le-Saunier (Doubs). Une machine construite spécialement pour les dahus. A trois roues, dans son jus, une Kiva fabriquée sur place par la maison Dalos. Après le défilé des engins le matin dans les bourgs de Londigny et Montjean, après la messe dite par le Père Mangon qui s'est fendu d'une belle leçon d'histoire sur les foins, après le savoureux repas du comité des fêtes de Montjean, les chevaux puis les tracteurs ont tourné un nouveau feuilleton. Les faucheuses ne s'attendaient pas à de l'herbe aussi haute, aussi fournie. Les conducteurs devaient surveiller la lame, reculer si nécessaire pour reprendre le "tail" (ligne de fauche). Le "plan" fanage précédait la mise en andain du foin par le président lui-même, Théo Gasseling au volant d'un bel engin. Dernier chapitre, le bottelage. Pas le plus facile car la pratique commence à disparaître, du moins avec de petites botteleuses à moteur auxiliaire. Mais les lieurs se feront conciliant et de belles petits bottes s'aligneront peu à peu. En attendant que ces machines compliquées daignent assurer leur mission, des vaillants avaient dressés de jolis mulons (tas de foin) chargés sur une charrette à cheval adaptée en son temps pour être attelée à un tracteur. Une charretée bien peignée par Claude Cheminade qui aime tant le beau travail. 

"Ce soir, je suis éreinté !" convenait-il avant de repartir vers Lanville. Comme ses voisins du club "Agri rétro" venus de Mons en nombre. D'autres, soupiraient : "Et dire que le TGV va tout bousiller dans cette vallée !" En effet, c'est précisément sur le terrain de la fête que RFF va jeter un terre-plein pour faire passer ses lignes de fer, avant de couper en deux le coteau. (Compte-rendu officiel)

Le Petit canard de la Péruse avait relaté cette fête officieusement

Les faucheurs volontaires sous les verrous (par SOM 40)

Dernièrement, la presse locale a publié un large écho de la fête de la fenaison à Montjean et Londigny. Nous pouvons citer : «Rutilants, étincelants comme une lame de faux bien battue, les vieux tracteurs, les outils des «Tracteur rétro Nord-Charente», les femmes et les hommes en tenue d’époque ont forcé l’admiration du nombreux public ». Encore une fois, ce dernier n’a fait ni faux bond, ni sa tête de mule. L’abbé Mangon s’est mêlé à la fête réservant aux fidèles de la messe en plein air, un couplet historique remarquable. Avant un succulent repas servi pour une fois sans beurre dail. Ce rendez-vous ne pouvait qu’attirer l’oeil des enquêteurs de la brigade de répression du service de la taille. Ces hommes de terrain, qui n’ont pas leur pareil pour retrouver une aiguille dans une botte de foin, ont pu démasquer de nombreux individus peu respectueux des règles du droit coutumier. En effet, les gabelous ont ratissé large, et ont tôt fait d’interpeller, en tête de liste, Claude Cheminade et Bernard Devenne, pour « faux et usage de faux »… et dail non conforme. Une enquête bien ficelée malgré quelques manches cassés. « Y’allons faire casser le jugement de thié manches» clamait le gendre du célèbre Guitou, président du comité des fêtes. 

« Faut battre son dail quand il est chaud » appuyait René Gallais, maire de Brettes, et spécialiste du fer blanc battu. Méfions-nous aussi de ces yeux qui traînent derrière nos tracteurs. « C’est la revanche du progrès » se sont écriés les animaux des Traits Charentais. On dit que des caméras avaient été placées dans « la tire d’une faucheuse », et, même si le premier essai fut bien raté à cause d’un oeil de geai -la fameuse tire s’étant cassée pour cause de faiblesse vidéo -finalement après mise au point, la transformation a été une réussite. « Y’en a qui ne se mouchent pas avec un dail » ont continué à débattre les conducteurs de tracteurs, cela longtemps après la fête en pensant à quelques engins rares qui ont été très applaudis par le public. « On ne va pas en faire un fouin » ajoutent des malins sans inventivité. « La prochaine fois, on sera plus prudent, prévient déjà Théo Gasseling responsable de ce fait divers d’été, le foin se coupera à la faucille, un poing c’est tout, quel que soit le tail. »

Nouvelle ombre au tableau, les caisses d’assurances sociales du Poitou-Charentes auraient informé les pouvoirs publics d’une recrudescence de rhume des foins dans la région de Ruffec. Le contrôleur du fisc trouve la terre, le cheval hennit de voir les faucheurs persister, mais l’affaire sera vite bottelée. Méli-mulons d’images à charge contre les contrevenants.

Les faucheurs au dail (faux) ont bien entamé la journée

Les chevaux et les mules des Traits Charentais ne sont pas mal non plus

Les tracteurs avaient les pistons qui les démangeaient

Pour Guitou (et son Allis), le président du comité des fêtes, et sa belle équipe, cette manifestation n'a pas été de tout repos.

Ces tracteurs fonctionnent, bien entendu, et nous le certifions !


Des sites à visiter :

http://tractoretro.chez.com/index.htm

http://www.atr-agri.com/Asso_f.htm

http://www.amicalevendeuvre.com/index.html

http://www.tract-old-engines.com/tractold.htm

 

Accueil

Plan

Vieux tracteurs

Agriculture

Haut de page